Cinejeu.net : devenez producteur de cinéma ! (jeu en ligne gratuit de simulation économique)

Stilness Production présente
La boutonnière

- - - Mardi 18 février 2055 - 06h49 - - -  

 

C'était un homme d'une quarantaine d'année. Il ouvrit son parapluie au croisement de la rue Saint-Antoine et de la rue Dechanel juste après avoir allumé une Sobranie. En attendant le feu piéton vert, il tira plusieurs lattes successives, le regard perdu droit devant lui. Puis, son corps se mit en mouvement pour atteindre le pont Koesning. Il ne fit aucune attention à la silhouette qui venait droit sur lui et se rapprochait. Et, lorsqu'il la fixa, il distingua le pistolet pointé dans sa direction...  

 

 

- - - Mardi 18 février 2055 - 08h14 - - -  

 

Le commandant François Jarraud tenait deux gobelets en plastique contenant un café expresso double dose. Cette posture l'empêchait de consulter l'heure mais il le savait déjà. Elle était en retard. Comme d'habitude. Jarraud traversa sans attendre le feu piéton vert car le périmètre avait été bouclé par les pandores. Alors qu'il atteignit le pont Koesning, il fut surpris de voir Elizabeth Wirrin discutant avec le médecin légiste.  

 

La commissaire Elizabeth Wirrin avait quarante ans trois ans, dix de moins que Jarraud. Elle avait un sacré caractère qui lui avait sans doute permis de s'imposer dans la police et une force de travail qui lui avait fait enchaîner les échelons à un rythme effréné. Lorsqu'il parvint à sa hauteur, il écouta le topo du médecin légiste.  

 

L'homme au sol s'appelait Vladimir Oulakoff. Soixante trois ans. Nationalité russe. Salarié de la banque Sberbank. En voyage d'affaire à Paris depuis deux jours.  

 

Alors qu'il entendait la fin du mémento du légiste, Jarraud s’accroupit perpendiculairement au suaire recouvrant le corps inerte d'Oulakoff. Délicatement, il déplia le suaire. L'impact de la balle n'était pas visible. Le visage était affreusement impacté. Le tireur avait activé son arme à moins d'un mètre de sa victime.  

 

Et Jarraud l'a vit. La boutonnière du revers gauche de la veste d'Oulakoff. Et il reconnu immédiatement le signe. Et le moment où il l'avait vu....  

 

 

- - - Mercredi 19 septembre 2050 - 19h44 - - -  

 

Comme toute l'équipe de la brigade, le commandant François Jarraud avait eu la permission de rentrer dans le bureau du commissaire après le travail du légiste. Le corps de Simon Bregard était avachi sur la chaise. Sa main droite pendait tenant un pistolet. Jarraud ne pouvait croire à l'évidence. Suicide. Par déformation professionnelle, il scruta l'ensemble de la pièce. Quand il vit un objet qu'il n'avait jamais vu. Il s'approcha du bureau du commissaire et, entre la photo de sa femme et celle de ses enfants,une boutonnière était retourné. Il l'a pris dans ses doigts et il l'a retourna. La boutonnière représentait une fleur avec des pétales imbriquées de couleurs blanches et noires.  

 

Alors, pour Jarraud, ce fut une évidence. Le commissaire Simon Bregard ne s'était pas suicidé.  

 

Il se retourna et vit Elizabeth Wirrin qui le fixait puis détourna instinctivement son regard..

Scénario : (3 commentaires)
une série Z policier de Noùr Abbassi

Mathieu Wauthier

Liza Bovais
Sorti le 27 février 2055 (Semaine 2617)
Entrées : 6 099 946
url : http://www.cinejeu.net/index.php?page=p&id=54&unite=fenetre&section=vueFilm&idFilm=26034